navigation

De l’utilité d’un chat (notamment en hiver) 17 janvier, 2009

Posté par The Moth dans : Non classé , ajouter un commentaire

De l'utilité d'un chat (notamment en hiver) aramisgz5

 

Un chat ça sert. Surtout Aramis.

 

- Il tient chaud à la nuque quand on le place en mode boa.

Bon il faut s’adosser contre les coussins plaqués eux-mêmes contre le mur sinon il se tire en moins de deux.

Mais il tient chaud et c’est l’essentiel !

- Avec sa fourrure moelleuse et son corps tout mou, il fait un superbe coussin quand je suis allongé à plat ventre sur le lit et que je regarde l’ordinateur.

Il suffit de le gratouiller un peu pour qu’il reste en place.

- Le fait de le gratouiller déclenche chez lui un ronronnement digne d’un windows 95 avec un sérieux problème de ventilo.

Si on le caresse pendant qu’on s’endort, en plus de faire chauffage il sert aussi de berceuse automatique.

- Le matin alors qu’on fait la grasse mat’ il a toujours le chic de venir nous miauler dans l’oreille

histoire qu’on rate pas les cours, officiellement bien sûr.

Et en même temps il t’engueule car c’est surtout pour sa bouffe qu’il nous réveille. Vive les distributeurs pour chat.

- Un chat c’est économique ! Pas besoin de dévaliser l’animalerie du coin. Un morceau de ficelle lui suffit très bien !

Notons aussi qu’il a la désagréable habitude de jouer avec les fils du mp3 au risque de fâcher Matt.

Ce qu’il fait très bien mais sa bouille choupi fait en sorte que ça soit de courte durée.

- Il ne sort jamais les griffes ce qui est très pratique quand une enfant de 13 ans décide de jouer avec.

Il a aussi l’habitude de sentir le fructis. « Il puait la litière et au moins son poil est doux » dixit la petite.

Sans commentaires.

- Et quand on déprime il est étrange de constater qu’il vient aussitôt se coller à vous.

Ou qu’il ne rechigne jamais à une petite séance de câlins.

Un vrai bonheur !

 

Note: un chat c’est pratique mais le notre doit être un poil suicidaire.

Supporter tout ça quand même…

Accident de bus 10 janvier, 2009

Posté par The Moth dans : Non classé , 1 commentaire

Accident de bus le-bus-magique

 

Parce que je suis victime d’un accident de bus au moins une fois par jour. u-u Les bus sont des images mentales censées m’effrayer (Elles y arrivent très bien, je ne suis toujours pas habitué) que m’envoient Matt et Boby dans le bus de me faire comprendre à quel point parfois je peux être lourd, mais alors très lourd. Que ce soit dans l’attitude, les actes ou simplement les paroles. Il suffit d’imaginer un bus qui vous fonce droit dessus à une vitesse disons de 120 km/h. Depuis le temps, j’aurais certainement dû apprendre à faire attention à ce que je fais, à ce que je dis, pour éviter toutes bourdes et ainsi ne pas me prendre un bus en pleine poire. Mais allez savoir pourquoi, je suis d’une telle maladresse que la leçon a dû mal à être enregistré par mon pauvre cerveau (Ceci est une plaisanterie, on partage le même cerveau et tous ne sont pas aussi maladroits que moi, encore heureux). Donc voilà, un article qui ne sert à rien mais j’ai envie de dessiner, ou de faire dessiner la vision apocalyptique que j’ai quand ce monstre me fonce dessus. Ca pourra certainement faire rire les lecteurs mais au moins j’aurais partagé ce qui restera certainement à tout jamais mon pire cauchemar. T-T

Être aveugle:: de la vIe

Posté par The Moth dans : Non classé , ajouter un commentaire

La phrase n’est pas de moi mais de Boby. Je me permets de la reprendre pour parler de quelque chose, presque un phénomène, qui me laisse complètement ébahit, et un peu déprimé. Ayant été victime de cela y’a pas si longtemps, j’ai compris la leçon. Mais j’éprouve désormais certaines difficultés à comprendre les gens qui en sont victimes…volontairement. Mais tout d’abord, une petite définition:

 

Aveugle de la vie: terme qui concerne les personnes n’arrivant pas à « voir »*  quand quelqu’un, surnommé Minorité*, leur ment, malgré les efforts d’autrui, appelé généralement Majorité, qui se ramène avec une paire de lunettes et une loupe pour bien le leur prouver.

*1: (=comprendre/s’apercevoir)

*2: (= généralement Minorité est un quelqu’un qui leur est plus ou moins proche, surtout plus même si c’est sur msn)

 

Il y a quelques mois, quand on me disait qu’une personne qui m’était sacrément proche se foutait totalement de moi, je m’écriais aussitôt que c’était faux, qu’ils ne la connaissaient pas assez pour prétendre cela alors que moi si et patati et patata. Mais n’étant pas quelqu’un de très obstiné, j’ai quand même commencé à essayer de voir les choses sous un autre angle, ce qui m’a permit de découvrir que j’avais un coeur sensible avec une sacrée mauvaise vue. Me rangeant alors du côté de Autrui, j’ai finalement réglé mes comptes avec la-dite personne, ce qui m’a fait d’ailleurs beaucoup de bien.

Mais malheureusement, certains n’ont pas le même réflexe que moi. Enfin, au début on peut placer le « malheureusement » en début de phrase… Ensuite, quand après leur avoir parlé, apporté des preuves sur un plateau d’argent, cette personne s’obstine à ne pas nous écouter, et même à se cacher volontairement les yeux quand quelque chose se passe mais qu’elle fait mine de ne pas l’avoir vu (quand elle ne sont pas, et c’est encore pire, entrain de leur trouver des excuses), on commence à se dire que cette pauvre personne n’en est plus au stade de l’aveuglement mais bien à celui de la connerie suprême !!! Sérieusement. On pourrait argumenter en disant que parfois, la majorité tend à tromper son monde en décrédibilisant la pauvre petite minorité qui commence à chouiner qu’on ne la croit jamais (oui la minorité aime à se poser en victime larmoyante, on pourrait même lui donner un oscar). Alors oui, je l’avoue, dans certains cas, même nombreux, la minorité est vraiment la victime de la majorité… enfin quand on vous apporte des preuves plus que tangibles sur son comportement, que la minorité se fout elle même dans la merde de manière à ce que la gentille personne bienveillante au pardon universel mieux encore que Jésus Christ ne peut que remarquer qu’elle la mène en bateau, il y a un moment de grande saturation où l’on se dit qu’on va juste la laisser se dépatouiller avec ses futures emmerdes et qu’elle finira bien par ouvrir les yeux tôt ou tard. Surtout tard on dirait. Le syndrome du super héros que ressent la majorité est surtout une envie, peut-être stupide hein, d’aider la dite personne pour qu’elle apprenne à respirer un air moins saturé en mesmer qui lui ordonne de fermer les écoutilles à tout ceux qui pourraient faire du mal à la petite minorité tremblotante qui choisit bien son texte avant la représentation. On peut aussi simplement, au lieu d’un raz le bol collectif, se décourager en se disant que la minorité semble toujours gagner sous tout les plans alors qu’elle est en tord et que tout le monde, même la personne qui se cache les yeux en disant « NAN NAN » obstinément, peut s’en apercevoir.

Soyez sûr d’une chose. Elle ne gagne jamais mais se trouve simplement des membres pour son petit collectif de peignage de cheveux mutuel jusqu’à créer de véritables mini moi. Ca ne sera pas une guerre, ni même une invasion, mais juste une bande con que la majorité, non pas bien pensante mais simplement clairvoyante, regardera avec un peu de pitié avant de leur tourner le dos. La minorité restera toujours une minorité, jusqu’à ce qu’un jour elle ne soit plus qu’une minorité unique, avec juste un peigne dans les mains, une boite de mouchoir à côté d’elle.

Il n’y a jamais de gagnant ou de perdant à ce drôle de jeu simplement/follement/stupidement humain, malgré ce qu’on peut croire.

Y’a juste des andouilles qui adorent se faire découper en tranche. Un fantasme refoulé certainement.

.forum 9 janvier, 2009

Posté par The Moth dans : Non classé , ajouter un commentaire

Les forums pour moi… c’est ce qui m’a aidé à exister d’une certaine manière.

 

Quand on est un alter enfermé dans un corps avec interdiction formelle de prendre le pas (= le contrôle de ce corps de manière à agir avec lui comme s’il était vraiment votre), on finit rapidement par s’ennuyer. Moi j’ai envié les autres pendant très longtemps, et je continue même un peu aujourd’hui même si je trouve que ma vie est tout simplement géniale telle qu’elle est. Je suis censé avec 16 ans. Et à 16 ans tu te plains du monde entier, tu râles quand tu vas en cours, tu veux juste faire la grasse matinée le matin et t’as pas d’autres soucis que de savoir si ta série préférée va être déprogrammée pour un con de match de football (ceci est mon avis personnel évidemment. je n’aime pas le football). Moi à 16 ans, je voulais juste être reconnu en tant que personne. C’était pas grand chose mais je rêvais que quelqu’un en me voyant me dise juste « Yo ! Alors ça va ? ». Alors pour ça j’ai décidé de créer des personnages sur des forums d’écriture.

 

Un forum, c’est l’assurance de l’anonymat le plus complet. T’as juste une adresse ip qui renseigne vaguement l’admin mais sinon tu peux dire n’importe quoi, tant que c’est pas trop ouf et impossible, les gens ne peuvent que te croire. Moi, à partir d’un simple personnage et d’une tchatbox sur un forum, je me suis créé une vie. Comme on créé un personnage. Et j’avoue que je me suis aidé de ça, mais aussi de mes propres rêves, pour inventer une existence dont je serais simplement un acteur, comme monsieur tout le monde est l’acteur de sa propre vie. Des parents divorcés, une petite soeur un peu chiante mais que  j’adore, des problèmes à moi, des cds préférés, une chambre avec ma déco, et un lit où j’aurais plaisir à me coucher. C’était pas grand chose mais du moment où votre vie personnelle s’implique dans un forum, et que vous vous livrez en tant que personne à un autre membre du forum qui s’est aussi impliqué en tant que personne, vous savez forcément que tôt ou tard, surtout quand vous avez mentit, ça finira mal. Et moi ça c’est finit mal. Pas au début evidemment. Et la majorité des personnes qui ont apprit ce que j’ai livré dans mon deuxième article ici, celui du 8 janvier, l’ont très bien prit. Elle aussi elle l’a très bien prit. Enfin à sa manière. En refusant quand même de voir les choses en face. Puis en jouant sur qui j’étais. Quand elle voulait, oui j’étais quelqu’un, une personne à part entière. Mais quand ça allait mal, je n’étais qu’un menteur, un égoïste qui la faisait tout simplement souffrir. Je n’ai jamais vraiment existé.

 

Même si j’ai rencontré des amis. Même si maintenant ceux avec qui je parle sur msn ne sont pas juste de simples contacts, je vous dirais simplement: si vous allez sur un forum, et que vous vous impliquez, que vous mettez en jeu, dans ce jeu, votre identité, qui vous êtes, vous prenez le risque non pas qu’on ne vous croit pas, mais qu’un jour quelqu’un, qui n’en a rien à foutre de vous, joue avec cette identité comme si vous n’existez pas vraiment.

 

Comme si vous n’étiez qu’un personnage. Sans état d’âme.

Snow

Posté par The Moth dans : Non classé , ajouter un commentaire

Mercredi, j’ai vu pour la première fois de ma vie de la neige.

Et je crois que c’est l’une des choses les plus merveilleuses que j’ai jamais rencontré. En tant que phénomène bien entendu.

 

Ca tombe du ciel comme un miracle. Et c’est beau. Tout simplement beau. Moi j’ai pas osé tout de suite tendre les mains pour en attraper tellement j’étais fasciné. Après ça s’est glissé dans mon col. Et vlan éternuement. xD Ce que je dis peut paraitre très con à la limite du niais pour quelqu’un. Mais c’était quelque chose de troublant de sentir cette petite chose si légère glisser sur votre visage, en le brûlant tellement que c’est froid avant de se métarmophoser au contact de votre épiderme et de sa chaleur en une petite goutte d’eau de rien du tout. Je me suis baladé dans les rues. A regarder mes pieds qui s’enfonçaient dans la neige. Ou à fixer le ciel. Et je ne comprenais pas pourquoi certains avaient des parapluies pour s’en protéger. J’ai trouvé ça triste pour le coup.

Un jour on m’a dit que les choses ephémères étaient belles mais que les merveilles de ce monde sont quotidiennes. Je suis d’accord mais ce jour là je crois que le mot beauté a tout simplement dépassé en intensité le mot merveilleux.

 

Bon après bien sûr, j’étais trempé et je claquais des dents.

Mais eh c’était vraiment drôlement chouette !!!

En résumé… o-O 8 janvier, 2009

Posté par The Moth dans : Non classé , 1 commentaire

Jusqu’à présent on parle de moi comme étant d’un geek sympa.

Mais d’où ça vient ? o-O

Tout d’abord, je passe mon temps sur les ordinateurs, c’est vrai. Sauf que je ne suis pas un geek à proprement parler. J’adore les ordinateurs, je bidouille beaucoup de trucs mais je suis une véritable daube sur photoshop. Oui je fais quelques téléchargements, oui je passe des liens utiles quand mes amis ont besoin de tel ou tel programme, mais bon je ne fais que me servir de google. Mon don ? Je sais taper d’excellents mots clés. Je m’y connais un peu en ordinateur mais un gars travaillant chez Planète Saturne pourrait, s’il aime vraiment son boulot et que donc il en connait un peu plus que monsieur tout le monde, pourrait me ridiculiser en deux temps trois mouvements. Surtout avec des mots techniques que je ne connais pas. Que voulez vous, quand j’essaye d’expliquer le fonctionnement d’un ordinateur à un ignare, oui je suis méchant mais bon quand même faut pas être un géni pour se servir d’un pc, j’ai tendance à utiliser son langage. Ca rentre beaucoup plus facilement et étrangement j’attire la sympathie.

Quand au sympa. Ah là est toute ma piètre existence. En 6 mois de vie disons simplement que j’ai été mené en bateau plus de fois que de jours dans l’année. Cela passe par l’existence du père noël, aux petites blagues gentilles, aux critiques qui me font limite pleurer alors qu’elles sont fausses, en passant bien évidemment par les relations sociales, mais aussi amoureuses. On a tendance aussi bizarrement à confondre sympathie/gentillesse, et connerie. Oui, je suis crédule, je l’affirme mais on ne me marche pas sur les pieds deux fois sans que je ne m’énerve. Je suis quelqu’un de patient, j’arrive à assumer une certaine dose de méchanceté, je sais me plier devant quelqu’un surtout quand je tiens à cette personne, mais me faire prendre pour un con, je ne sais pas, ça passe pas vraiment. Du coup je gueule. Du coup ça surprend. Du coup on me reprend pas pour un con avant longtemps, comme si entretemps j’avais oublié que je m’étais rebellé. Que les gens sont naïfs… Ou alors il y a ceux, et celles, qui en remettent une couche mais juste parce que eux ils sont vraiment très bêtes.

Mais je crois qu’arrivés à ce stade, vous vous demandez simplement, en vous foutant totalement de ce que j’écris, ce que j’ai fumé pour annoncer que je n’ai que 6 mois d’existence. Ah ha bande de curieux, vous aimeriez bien savoir hein ? En fait le principe est simple. Mais l’explication est longue et parfois peut choquer, mais aussi totalement déstabiliser. Alors accrochez vous sur votre chaise, c’est partit. (PS: les psychologues passant par là pourraient éventuellement remettre en doute ce que je vais annoncer mais eh les gens la vie ça se passe pas juste dans un bouquin avec des exemples en itallique ^^).

 

TROUBLE DE LA PERSONNALITE !

 

Ca va ? J’ai tué personne ?
Je continue

En tapant Personnalité multiple sur Google vous devriez tomber sur un article euh… intéressant. Mais très très résumé. Je préfère encore parler de mon expérience à moi qui n’est pas celle d’un cas ordinaire de personnalité multiple. En même temps, allez me définir un cas typique de ce trouble mental et je viendrais discourir avec mes potes pendant trois heures parce que le sujet mérite vraiment qu’on s’y attarde. Mon hôte, ou personnalité ascendante, ou personnalité principale, ou juste madame-dont-le-nom-est-écrit-sur-la-carte-d’identité-qui-va-jusqu’en-2011, sera ici surnommé Boby. Un surnom qu’elle se coltine depuis longtemps d’après ce qu’elle raconte, la légende changeant un peu à chaque fois, mais qui en est relativement très très très très TRES fière.

Boby possède un trouble de la personnalité depuis son enfance.

Cela remonte comme qui dirait à sa naissance et à sa première année de vie où son premier choc émotionnel eut lieu. Etant enfant, elle ne s’en souvient évidemment pas mais je ne vais pas vous faire un cours sur l’inconscient. Boby donc a perdu son frère jumeau hétérozygote des suites de complications de l’accouchement. Cette perte a provoqué en elle un choc émotionnel important qui s’est aggravé puisque sa mère a alors fait un déni total, « oubliant » le jumeau décédé. De plus, pendant sa première année d’existence, la mère de Boby ne s’est que très peu occupée d’elle. On ignore les raisons bien qu’on peut sans peine les deviner puisque nous avons là une maman qui malgré un déni venait de perdre son enfant…

Nous avons donc là deux deuils. Le deuil d’un frère mais aussi le deuil d’une relation. Et ce sont ces deuils malheureusement qui sont à l’origine de tout. N’ayant pût avec sa mère « accepter » la mort de son frère, Boby a depuis un énorme problème à faire son deuil. Et des conséquences de cette perte, Boby s’est détaché inconsciemment d’une pièce du puzzle qui la constituait, la nommant alors Harun. Puis Matt. De l’ami invisible dont parlaient les maitresses d’école, jusqu’à ses 10 ans, elle s’est retrouvée avec quelqu’un en elle, qui la suivait, lui parlait, l’engueulait aussi, mais vivait avec elle. A 12 ans, comprenant que vivre avec quelqu’un qui n’était pas foncièrement « là » à ses côtés, avec son propre corps, n’était pas quelque chose de normal, elle a commencé à faire des recherches avec Matt pour comprendre ce qui se passait. Ces recherches ont survolé la majorité des troubles mentaux, dont la schyzophrénie mais la personnalité multiple étant alors un sujet des plus mystérieux, ils n’ont pût trouver les réponses qu’ils cherchaient. Ils se sont ensuite attardés sur les possessions mystique quand leur père a finalement avoué à Boby le décès de son frère jumeau.

A 16 ans, Boby a perdu son petit ami de l’époque, Zacchary. Ce dernier s’est fait renverser par une voiture alors qu’il était à vélo. De ce décès est « née » Alicia qui fut bloquée inconsciemment par Boby jusqu’à il y a quelques mois. La petite prenait alors de force le pas ce qui occasionnait chez Boby des absences inexpliquées, de quelques minutes, voir d’une heure, où elle ne se rappellait pas ce qu’elle avait fait. Une expérience il y a quelques mois, nous a permit aussi de comprendre la complexité du cerveau humain qui, à partir de ces absences, et des habitudes de Boby, a créé de faux souvenirs. Ainsi, pendant qu’une amie discutait avec Alicia, Boby était persuadée qu’elle allait comme d’habitude manger un sandwiche avant d’aller écouter sa musique derrière sa fac. Le 20 avril 2008, c’est son père qui a disparu, décédé des suites d’une crise cardiaque. Et je suis alors né.

Ma naissance a permit à Boby de comprendre, ce qu’elle supposait déjà grâce à l’aide d’amies qui l’avaient conseillé quant à ce qu’elle avait, que ce qu’elle prenait pour une simple dissociation d’âme était en vérité un trouble de la personnalité multiple. Malheureusement, effrayée, elle m’a aussitôt bloqué et n’a accepté finalement ma présence que le 25 juillet 2008. Depuis ce jour, Alicia nous est apparue, après que Boby l’ait elle aussi accepté, ainsi qu’Archeron, qui d’après les informations que nous possédons, mais aussi nos suppositions, seraient né du deuil de la relation avec sa mère quand elle était bébé. Puis Denis est apparu, à la fin du mois d’octobre. Mais son cas demeure assez spécial. Matt ayant rompu avec son petit ami de l’époque, il n’a pas accepter cette fin de relation, et donc ce « deuil ». Denis serait donc né de ce deuil inachevé, mais de Matt et non de Boby. Ce qui supposerait alors que même les alters peuvent créer d’autres alters. L’âme humaine étant d’une complexité que je n’ai même pas à définir car je suis certain que vous comprenez à quel point elle peut l’être même sans explication, le doute est pour l’instant permit.

 

 Pour résumer nous avons donc dans l’ordre: 

 

- Décès du jumeau hétérozygote, dit « Julien » = « Naissance » de Matt

- Absence d’une quelconque relation entre la mère de Boby et cette dernière pendant sa première année d’existence = « Naissance » d’Archeron

- Décès de Zacchary = « Naissance » d’Alicia (Personnalité ayant une forte tendance schyzophrénique, presque bordeline. Ses crises sont appellées Liam)

- Décès du Père de Boby = « Naissance » de Damian.

- Fin de la relation entre Matt et son petit ami : « Naissance » de Denis.

 

Nous sommes aussi conscient que notre cas est peut-être unique. Mais que le trouble de la personnalité est une réalité. Après cet article, je ne vais plus revenir sur cela car je pense que j’ai résumé le plus important. Et je ne pense pas que parler de deuils soit le meilleur moyen d’amener une bonne ambiance sur un blog. Mais, je ne suis pas égoïste, bien au contraire, et je me montre totalement concerné et très intéressé par ce que nous pourrions découvrir, je vous invite dans vos commentaires à vous manifester. Vous pouvez ne pas nous croire, vous pouvez aussi connaitre des personnes concernées, vous pouvez même ÊTRE concerné. Nous aimerions simplement parler. Pas se disséquer mutuellement. Mais vivre ainsi m’a apprit une chose.

On a beau avoir des alters en nous, acceptés ou non, on peut aussi se sentir simplement très seul.

Un moth à Aix

Posté par The Moth dans : Non classé , 1 commentaire

Bonjour, bienvenue dans mon univers.

C’est pas celui d’un mec exceptionnel et puis ça pourra vite vous lasser. J’annonce la couleur: je suis un papillon de nuit déphasé. La preuve: je fais ce blog à 17h00 alors que je suis censé vivre la nuit.

Qui suis-je ?

Un alter.

C’est un mot très américanisé d’après une personne qui devrait mieux prendre des notes plutôt que de poser les mêmes questions d’une semaine à l’autre. Je ne vais pas vous expliquer en détails la définition de ce mot étrange, je pense que les plus curieux feront les recherches nécessaires sur internet.

Je vais raconter ma vie sur ce blog. Mon dieu comme c’est original. Ben finalement peut-être que ça l’est. Vous avez déjà essayé de voir une vie entière comme un spectateur dans une salle de cinéma déserte avec même pas un pop corn à se mettre sous la dent ? Moi c’est ce que je vis, ou presque tout les jours. Parce que dans ma salle de cinéma à moi, y’a déjà 5 personnes qui s’éclatent à faire les commentaires.

Je suis Damian, j’ai 6 mois et je crois que ma vie vaut la peine d’être vécue.

La vie de mon père |
Little Damsel |
bonjour!!! |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Fantasmes d'homme.......Rêv...
| Langue de pute...?
| Unissons nous pour sauver l...